Voile: ce sont celles qui le portent qui en parlent le mieux

La loi sur la laïcité en France a entraîné le banissement du hijab dans les institutions publiques, ce qui a entraîné de grandes conséquences sociales, dont l’exclusion de beaucoup de femmes voilées du système de l’éducation, les privant ainsi de la possibilité d’étudier.

La France dirige une politique de l’assimilation, ce qui implique que les immigrants devraient devenir identique au groupe majoritaire. Cela est bien sûr utopique et la mise en oeuvre d’une telle politique peut mener à de grands troubles sociaux, particulièrement dans le cas d’un pays d’immigration comme la France, qui a besoin de diminuer la baisse de sa population.

Voici l’extrait d’un article très intéressant sur le sujet, que je vous invite à visiter.

Voile: Ce sont celles qui le portent qui en parlent le mieux

« Les femmes qui portent le foulard font usage d’une liberté de disposer de leur corps comme elles le souhaitent, même si cela dérange certains modèles d’émancipation. »

« On parlait de nous, sans nous. On nous présentait soit comme des femmes soumises qui n’avaient rien à dire, soit comme de dangereuses terroristes à chasser. »

« Les effets concrets de cette loi sont d’éloigner les femmes de la connaissance, des diplômes, du travail, de la politique, bref, de tout ce qui rend fort et indépendant. »

Ce groupe a aussi publié un livre dont voici la référence :
Les filles voilées parlent De Ismahane Chouder, Malika Latrèche, Pierre Tevanian (La Fabrique, 330pp., 18€)

Laisser un commentaire