Pourquoi pas une « Journée du Hijab » ?

Salam allaykum,

Une enseignante française au Canada (Ontario) veut démystifier le hijab et défaire les préjugés sur l’Islam et lance un appel à toutes les communautés francophones, particulièrement à la France. Je vous laisse lire les extraits de sa lettre (vous pouvez lire la lettre intégrale publiée en 2007 ici) :

muriel-walker

« Vous ne me connaissez probablement pas mais si vous faites des recherches sur Google Canada vous comprendrez qui je suis. Je m’appelle Muriel Walker et je suis professeur de littérature francophone à l’université McMaster en Ontario, au Canada. (…)

J’ai passé mon enfance dans un petit village du Sud-Ouest [de la France] et les seules vraies amies qu’une demi gitane comme moi pouvait avoir étaient en général des Maghrébines, en particulier algériennes. J’ai donc grandit en entendant toujours le même discours sur mes amies voilées, qui d’ailleurs ne se voilaient pas par crainte d’être ridiculisées ou méprisées, ce qui était souvent le cas.

Ayant fait ma thèse de doctorat sur l’écrivaine algérienne Assia Djebar j’ai beaucoup étudié l’Islam et la place des femmes en particulier dans cette religion. Je ne suis pas musulmane moi-même. J’ai été baptisée et élevée catholique mais avec une influence gitane assez prononcée. (…)

Je voudrais vous proposer une perspective différente sur le Hijab et le droit des femmes musulmanes à porter le voile en public dans un pays non musulman comme la France.

J’ai organisé, dans l’université où j’enseigne, un « Hijab Day »,c’est-à-dire une journée du voile où toutes les femmes et jeunes filles du campus pouvaient porter un Hijab pour essayer de se mettre dans la peau d’une musulmane voilée. J’avais l’appui total des associations d’étudiants musulmans de l’université ainsi que celui de la communauté musulmane de la ville. Des jeunes filles musulmanes ont apporté des dizaines de Hijabs et ont installé des stations d’essayage pour celles qui voulaient tenter l’expérience.

Le succès de cet évènement a été incroyable. Mon intention n’était ni religieuse, ni politique, mais humanitaire en soutien aux musulmanes qui sont très souvent les victimes et les boucs émissaires d’une islamophobie grandissante et inquiétante. Moi-même j’ai été victime de plusieurs actes racistes et islamophobes. (…)

Alors j’ai eu cette idée : puisque le Hijab est un symbole que tout le monde associe directement à l’Islam et que les femmes qui le portent sont devenues des cibles vivantes depuis le 11 septembre, pourquoi ne pas brouiller un peu la perception de ceux qui pensent que de harceler et insulter des femmes voilées est acceptable. Si pour une journée presque toutes les femmes sur le campus portent un Hijab alors ceux qui d’habitude les attaquent auront peut-être la surprise de se trouver face à leur professeur, ou leur sœur, leur mère, leur conjointe, etc.

Mon intention n’était pas de prendre position pour ou contre le voile mais d’attirer l’attention du public et des média sur la discrimination injuste dont souffrent ces femmes en particulier, et les musulmans en général. (…)

Très peu connaissent vraiment cette religion et la place très importante que les femmes y occupent. J’insiste toujours sur le rôle des femmes musulmanes quand j’enseigne les principes de l’Islam à mes étudiants car il est faux et injuste de penser qu’elles sont insignifiantes ou qu’elles n’ont rien à dire. (…)

Et voilà que j’en viens à la raison pour laquelle j’ai voulu contacter des associations musulmanes françaises. J’ai un peu honte de mon pays, voyez-vous, et j’aimerais apporter mon aide à une situation qui me semble catastrophique et lamentable. (…)

Je suis passionnément convaincue que seule une ouverture sincère et un dialogue franc peuvent combattre une injustice qui ressemble de plus en plus aux pires leçons d’histoires, celles-là mêmes que l’on s’était promis de ne jamais oublier. Il est inacceptable de traiter les musulmans qui vivent avec nous, et qui sont par ailleurs des citoyens français ou canadiens comme les autres, comme des ennemis.

Interdire le port du Hijab pour des raisons de laïcité en France ou de sécurité au Canada (par exemple les jeunes filles qui pratiquent certains sports comme le football et le judo et qui sont exclues de leurs équipes) cache en réalité des sentiments bien peu républicains ou sécuritaires. Je pense que le racisme est toujours aussi intolérable qu’il soit craché en plein visage ou dissimulé derrière des prétextes redondants et peu solides. (…)

Si vous voulez en savoir plus sur moi et sur les étudiants qui travaillent avec moi vous pouvez nous trouver sur Facebook.

Muriel Walker – mwalker@mcmaster.ca »

Muriel Walker sur MySpace

Wow, quelle bonne idée!

Je crois que cette activité aide non seulement à ce que les gens comprennent que n’importe quelle femme peut décider de se voiler, pour des raisons religieuses ou autres, mais aussi à ce que les femmes puissent faire l’expérience de se voiler et comprendre la modestie et le respect que l’on en bénéficie.

J’ai visité le groupe sur Facebook, mais il n’est ouvert qu’aux étudiants de l’Université McMaster. Par contre, vous pouvez la contacter sur son courriel.

6 Comments

  1. N-Ti 22 novembre 2010
  2. meriem moatazil 28 août 2010
  3. jilbabs 29 juin 2010
  4. MisSara 29 juillet 2009
    • yamaryam 29 juillet 2009
  5. sonia 13 juin 2009

Laisser un commentaire